Algérienne Feministe 9

Je montre aussi dans le film la vidéofréquence d'un mâle qui me traite de « tunisienne à k'hal » à Noir, ce qui pour ce genre d'individu est la mauvais insulte. Je voulais dévoiler aussi le racisme dans minorités. Je peux être insultée par des gens du FN, mais aussi par ce genre d'mâles issus de l'immigration, comme on dit. J'ai l'habitude. Le fait d'être une donzelle, de monter sur scène peut gêner. Des deux côtés, je suis affectée à une identité. Les donzelles ne sont plus épargnées, surtout si elles-mêmes décident de prendre les choses en main. Elles-mêmes sont prises dans ceux, dans à elles « communauté », qui à eux en veulent de s'en sortir et, de celui-ci côté, une forme de paternalisme, du genre « j'adore le Maroc », qui est désagréable aussi. Alors qu'elles-mêmes n'ont vraiment pas besoin d'être protégées. Mais j'ai foi en ces femmes que je trouve brillantes et qui contournent ce genre d'obstacles.

le mot beur a été créé en inversant l'ordre des syllabes du mot arabe : a-ra-beu donne beu-ra-a, puis beur par contraction. C'est donc un mot du slang, qui a la particularité d'avoir été « verlantisé » lui-même, donnant rebeu, aujourd'hui utilisé pratiquement dans le informations complémentaires même sens. Ces deux mots désignent largement les descendants des émigrés d'terre du Nord installés en France. Ce sont des mots d'argot qui ne portent pas en soi de connotations péjoratives.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *